Père Gabriel, bateau fidèle

La construction du Père Gabriel avait commencé en 1942. Il porta d’abord le nom de Mirage. Peut-être comme un signe d’espérance folle dans une époque bien sombre ? Trop sombre ! Le bateau ne fut terminé qu’en 1949 par Albert Paraveau à Marennes. Une longue carrière l’attendait à la pêche et surtout au travail des huîtres quand il était basé dans le chenal de Brouage. Conçu dès l’origine pour être motorisé, comme beaucoup de constructions de cette époque, il a gardé les formes fuselées et éprouvées des voiliers avec une quille longue, aujourd’hui lestée d’un saumon en fonte, une proue bien défendue. Les lignes d’eau se prolongent à l’arrière par une petite voûte, dite demi cul de poule.

Ces formes de carène avaient l’avantage de se contenter de moteurs de puissance modeste et en 1991 quand le bateau abandonna la pêche il fut facile et justifié de lui offrir une deuxième vie de voilier conforme à la tradition de sa construction. C’est à Mornac que le gréement fut installé en 1996, dans les règles de l’art et avec de belles proportions.

Ce bateau navigue beaucoup y compris jusqu’en Bretagne pour participer aux grands rassemblements, où il représente les Pertuis. Un aménagement sommaire dans le gaillard d’avant permet le repos de l’équipage. Basé à La Flotte en Ré, il navigue pour Flottille en Pertuis.

Depuis le 25 novembre 2009, Père Gabriel est inscrit Monument Historique.

Longueur hors tout : 12,50 m – Longueur de coque : 9,40 m – Largeur : 3,14 m – Tirant d’eau : 1,25 m – Surface de voilure : 75 m² – Construction en chêne pour les pièces maîtresses et en sapin – Coque blanche – Grandvoile blanche, foc et trinquette ocre.